Je suis Dys, pas malade !

Je suis Dys, pas malade !

 

« J’ai dix ans et je suis dyscalculique.

Je ne comprends pas les nombres et les calculs comme toi tu les comprends. C’est difficile pour moi de lire l’heure.

Je pense souvent que je suis nul et bête ; surtout lorsque je vois mes petits frères et sœurs réussir des exercices de mathématiques que je n’arrive pas à faire.

Ma maman m’a bien expliqué que je ne suis pas fou, ni malade. La dyscalculie ne se soigne pas. Il n’y a pas de remède pour la guérir, ni de vaccin pour l’éviter.

C’est mon cerveau qui ne fonctionne pas comme le tien. Alors, avec Christelle (NDLR son orthophoniste), nous avons essayé de voir comment mon cerveau fonctionne pour apprendre.

Maintenant, que j’ai compris que mon cerveau aime bien les images, on utilise d’autres méthodes. J’ai réussi à apprendre les tables de multiplication cette année ! J’en suis très fier.

J’ai dix ans et j’aime beaucoup lire. Je lis de gros livres, je lis tout le temps. Maman n’aime pas quand je lis à table.

J’aime aussi écrire. J’écris des histoires dans mes cahiers et je les lis à mes frères et sœurs ensuite.

Quand je lis et j’écris, je me sens moins bête. C’est mon monde. Les mathématiques pas du tout !

Je ne suis pas malade, je ne suis pas fou, je suis un peu différent. Ma façon d’apprendre est différente de la tienne. »

A. 10 ans 👦

________________________________________________________________________________

La dyscalculie n’est pas une maladie ; c’est un trouble spécifique des apprentissages. Elle persiste tout au long de la vie. Ses manifestations et ses répercussions fonctionnelles au quotidien seront toutefois amenées à varier.

Les personnes dyscalculiques ont de grandes forces cognitives sur lesquelles elles peuvent s’appuyer afin de développer des stratégies de travail pour compenser leurs lacunes, souvent dans la sphère langagière.

Malgré la nature persistante de ce trouble, il est primordial d’offrir à l’enfant qui en souffre une rééducation qui lui permettra de s’outiller et de pallier tant que possible ses difficultés tout au long de son cheminement pour exprimer son plein potentiel.

__________________________________________________________________________

 

Connaissiez-vous ce trouble ?

Avez-vous des enfants ou adolescents dans votre entourage qui souhaitent témoigner à ce propos ?

N’hésitez pas à nous contacter dans ce but in sha â Llah, afin de faire connaître ces particularités à travers un article de blog ou une interview.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This