Les enfants et les écrans

Les enfants et les écrans

Les enfants et les écrans

Les enfants et les écrans

 

Assalamu alaykum / Bonjour,

A notre époque où les écrans sont omniprésents (tablettes, ordinateurs, télévision ou encore smartphones), la question du rapport entre l’enfant et ces appareils est cruciale. En tant que maman, nous devons prendre conscience des effets négatifs que ceux-ci peuvent avoir sur nos loulous.

Afin d’écrire cet article, je me suis (re)plongée dans divers études qui ont été menées à travers le monde. Toutes sont unanimes pour mettre en exergue les conséquences néfastes des écrans sur les enfants. je me permets de dresser ici une liste non-exhaustive de celles-ci :

– prise de poids, obésité

– développement de diabète de type 2

– réduction de l’espérance de vie

– retard de langage

– déficit de l’attention

– appauvrissement de la mémoire et de la capacité de synthèse

– dépression, phobie sociale

– etc etc

Mais alors, comment faire face à cet avalanche d’écrans ? Devons-nous nous couper du monde ? Vivre dans un grotte loin du wifi et des développements numériques constants ? Ou devons-nous plutôt apprendre à gérer cela et éduquer nos petits-bouts pour qu’ils sachent faire face à tout ça ?

Le psychiatre Serge Tisseron a imaginé en 2007 les repères 3-6-9-12 pour “dompter les écrans. Sa théorie, dans ses grandes lignes, peut se résumer en 5 phases d’âge (0-3 ans ; 3-6 ans ; 6-9 ans; 9-12 ans).

Avant 3 ans, le bébé a besoin d’interagir avec son environnement. Il ne faut donc aucun écran : ni une télé qui tourne seule en fond, ni un programme qui lui serait prétendument adapté.

Entre 3 et 6 ans, l’enfant a besoin de construire son imaginaire, de jouer avec ses dix doigts. Les consoles de jeu sont donc à proscrire.

Entre 6 ans et 9 ans, celui-ci a besoin de redécouvrir le jeu social et cela ne peut se faire virtuellement. On ne peut pas encore l’introduire dans l’espace “internet” mais on peut toutefois lui expliquer commet cela fonctionne.

Enfin, entre 9 et 12 ans, l’enfant va pouvoir découvrir internet mais avec ses parents. Ceux-ci doivent lui faire prendre conscience de points essentiels et nécessaires à sa sécurité : tout ce qu’on y met peut tomber dans le domaine public et ne jamais s’effacer, tout ce qui est sur internet est sujet à caution et doit être vérifié par d’autres sources,…

Après 12 ans, vous pouvez laisser votre “grand” aller seul sur internet mais en convenant avec lui d’horaires et mettre en place un contrôle parental.

La théorie des 3-6-9-12 est certes très intéressante mais, selon Serge Tisseron lui-même, elle est insuffisante. Pour lui, “apprivoiser les écrans est un défi collectif“.

Nous devons donc garder à l’esprit qu’il est primordial d’accompagner nos amanas dans leurs découvertes des écrans.. Nous nous devons d’être à leurs côtés pour les aider à dompter ce monde virtuel que, parfois, nous ne maîtrisons pas nous-même.

Non, la télévision, l’ordinateur ou même le smartphone ne sont pas des baby-sitters ! Réformons nous !

 

Qu’est ce que le ownschooling ?

Qu’est ce que le ownschooling ?

Qu’est ce que le ownschooling ?

Qu’est ce que le ownschooling ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

Oui, vous avez bien lu…

Non, je n’ai pas fait de fautes…

Non, je ne voulais pas écrire homeschooling, unschooling ou autre…

Oui, je voulais écrire OWNschooling.

Mais alors, qu’est ce que le ownschooling ?

Pour faire bref, il s’agit d’un mix, d’un mélange entre différentes pédagogies. L’enseignant (ou le parent dans le cas de l’instruction en famille) va sélectionner au sein des méthodes existantes certaines choses et en délaisser d’autres.

Vous saisissez mieux ?

Plus concrètement, je vais vous présenter mon expérience, non pas en tant qu’enseignante ou maman iefeuse cette fois, mais en tant qu’élève.

Il faut savoir que j’ai été dans une école maternelle / primaire où j’ai fait du pur montessori mais ensuite, beaucoup de ownschooling. Ma maîtresse était une personne très impliquée et ouverte. Face à la classe unique que nous étions (tous dans une même salle de la TPS au CP ; puis dans une autre salle du CE1 au CM2), elle se devait de nous faire travailler un maximum en autonomie et créer une entraide et les plus grands et les plus petits.

Dans notre classe, l’espace était le “troisième éducateur, après l’enfant et l’adulte” (comme dans la pédagogie Reggio) : des coins pour se ressourcer, une communication entre l’intérieur et l’extérieur, ou encore un petit espace “créatif” où nous imaginions des pièces de théatre nous-même.

Dans notre classe, nous apprenions par “tâtonnement expérimental” en émettant nos propres hypothèses et notre enseignante nous laissait vérifier si oui ou non, nous allions dans le bon sens, Toujours dans l’esprit de la technique Freinet, nous avions des correspondant sénégalais avec qui nous échangions nos journaux de classe et de nombreux courriers. Puis, bien évidemment, vivant en pleine campagne, la “classe promenade” était une activité centrale dans notre école. Fermes, ateliers d’artisanat, mairies et institutions, ruches, casernes, ou encore forêts et champs,… nous en avons visités des endroits, tous plus passionnants les uns que les autres !

Dans notre classe, le matériel était à la disposition des élèves, à leur hauteur. Nous allions à notre guise choisir le plateau de transvasement, celui du système décimal ou les lettres rugeuses. Bon, vous l’avez compris, il y avait un côté Montessori certain. D’ailleurs, nous étions acteurs de la vie de classe et nous préparions ensemble le goûter et chacun à notre tour, nous nettoyions la table et la vaisselle. Le vendredi, c’était le jour de la pâtisserie : flan, crêpes, gâteaux divers,… C’était un super moment que nous attendions tous, des TPS au CM2 !

Dans notre classe, il y avait surtout un véritable échange entre les adultes et les enfants, un climat de confiance propice à l’apprentissage et une bienveillance dans nos relations que j’ai eu envie de reproduire en tant que maman-enseigante.

Chez nous, c’est comme dans ma classe de petite fille : on expérimente, on découvre, on fait du très formel, ou du très très informel, on a nos ateliers autonomes prêts à être utilisés, on part en promenade, découvrir le monde qui nous entoure, on en parle, on en débat, on joue en apprenant et on apprend en jouant.

Chez nous, on prend dans chaque pédagogie ce qui nous convient, en fonction du moment, de la matière, de l’enfant et de ce qu’il souhaite faire… (et de mes envies aussi).

Chez nous, on se dit qu’apprendre finalement ça fait partie du quotidien et qu’apprendre c’est comme on veut. L’essentiel c’est dapprendre… en se faisant plaisir !

Bref, vous l’avez compris : je suis loin d’être une puriste d’un courant pédagogique ou d’une quelconque méthode. J’aime piocher à droite à gauche et tester ce qui fonctionne ou non. Cela permet de se remettre en question et d’évoluer.

Alors, puisque own signifie en anglais “mon propre / ma propre”, ownschooling signifie “ma propre école”.

Je peux donc dire que je fais du ownschooling, “ma propre école”, à la sauce Ummaty Shop ^^

Et vous, comment enseignez vous à vos enfants ?

 

 

Témoignage : J’ai accouché à la maison

Témoignage : J’ai accouché à la maison

Témoignage : J’ai accouché à la maison

ou l’accouchement à domicileAAD, raconté par une maman…

Assalamu alaykum / Bonjour,

L’accouchement… Quel merveilleux moment dans la vie d’une femme !

Ce moment qui nous transforme, celui où l’on devient “maman” ; Ce jour, éprouvant pour notre corps, mais si fort en émotions ; Cet instant où l’on rencontre enfin celui (ou celle) qui vit en nous depuis 9 mois ; Cette seconde où l’amour nous submerge plus que jamais auparavant…

L’accouchement… Quel moment éprouvant et parfois quel souvenir horrible pour certaines !

Ces mois de doute avant ; Ce moment tant attendu mais si stressant ; Ce jour où l’on ne gère plus rien ; Cet instant parfois confisqué par un corps médical trop envahissant ; Cette seconde où tu doutes de tes capacités, où tu ne sais plus si tu vas y arriver…

Oui, l’accouchement c’est tout ça et bien d’autres choses encore…

Chaque accouchement est différent, chaque ressenti, chaque expérience. Tout est nouveau à chaque fois. Pour chaque femme. Pour chaque bébé.

Nous avons donc décidé d’interviewer une maman qui a fait le choix d’accoucher à domicile et qui, en plus de cela, est très bien renseignée sur le sujet. Nous la remercions de s’être prêtée au jeu des questions. Ce fut très instructif !

Voici donc l’interwiew !

  • Tout d’abord peux tu nous expliquer ce qu’est l’aad ?

L’AAD signifie “accouchement à domicile” il ne faut pas confondre avec l’ ANAaccouchement non assisté“. La nuance est que un AAD se fait en présence d’une sage femme libérale tandis que l’ana se déroule sans aucun personnel médical.

  • En as tu déjà vécu un toi même ? Raconte nous !

Mon 1er garçon devait naitre à la maison ; j’ai donc eu le droit à tout les préparatifs : le suivi par la sage femme pratiquant les AAD etc.. Malheureusement mon projet n’a pas abouti du fait d’un dépassement de terme important. La pression médicale a fait son oeuvre j’ai du être déclenchée en hôpital et cela s’est terminé en césarienne d’urgence. Mon second a été ma revanche et je me suis jurée de n’écouter que moi. Mon projet s’était complexifié du fait de la césarienne. En effet, de moins en moins de sages femmes pratique l’AAD après césa (risque d’être dénoncé à l’ordre des sages femmes). J’ai tout de même réussi à trouver une perle prête à m’accompagner mais celle ci se trouvait à 1h30 de mon domicile. Il était convenu de louer un gite à l’approche du terme afin d’accoucher dans un périmètre à moins d’1h d’elle. Ma 1ère contraction est survenue à 00h30, s’en est suivie d’autres irrégulières mais au bout de plus d’une heure dans un bain je savais que le travail était lançé. Le temps de trouver le courage de s’habiller pour partir, embarquer l’ainé de 2 ans et nous filions en direction du gîte. Mon mari a conduit rapidement mais les 45 minutes de route ont aidé mon col à s’ouvrir rapidement. A 3h45 nous arrivions,1 heure après la sage femme nous rejoignait et à 5h45 mon petit naissait. Quand elle est arrivé j’étais à  dilatation complète et commençait à pousser. Tout s’est passé très simplement à la lumière des bougies, le grand frère m’accompagnait avec un grand sourire et est partie se coucher pile au moment des dernières poussées (mes cris ne l’ont même pas géné pour s’endormir !).

  • Quelle a été la chose la plus dure à gérer ?

Dans mon cas ça a été de tenir l’hôpital à l’écart car une fois que je m’étais inscrite, ils se sont doutés de mon projet et ont tout tenté pour me faire des examens médicaux qui aurait pu freiner l’aboutissement de celui ci. Autrement rien du tout ,tout a été très simple, c’était fluide, évident, naturel. Contrairement à mon 1er accouchement où tout était médicalisé et qui m’enpechait de ce fait de me fier à mes ressentis totalement faussés.

  • As tu des conseils concernant la gestion de la douleur ?

La douleur est utile et elle est amie. Une fois que l’on a compris cela alors tout roule. L’ambiance d’un accouchement à domicile n’est pas la même qu’en hopital : pas besoin de se méfier de qui rentre ou sort, le cadre est agréable, les odeurs sont les notres,… De ce fait nous sommes plus sereines et plus à même de gérer des douleurs qui sont moindres. Il faut voir la douleur comme un repère : elle nous permet de savoir qu’il faut changer de position, d’identifier une problématique, elle nous indique aussi la fin prochaine de l’accouchement. C’est un vrai coup de pouce ! N’oublions pas par exemple que la sensation de brûlure n’est pas là pour nous blesser mais bien pour nous faire retirer le bras du feu. Il faut voir la douleur de l’accouchement de la même manière.

  • En cas d’urgence comment cela se passe t il ?

Il n’y a pas vraiment d’urgence dans un AAD ; la sage femme n’attends jamais d’en arriver à ce stade pour transférer à l’hopital. L’interrogation la plus courante est en cas de ralentissement cardiaque. Le monito dont est équipé la sage femme permet de prévenir rapidement cette problématique et l’on agit suffisament tôt pour que la femme puisse aller par ses propres moyens à l’hopital pour terminer le travail. Fait partie des conditions de l’aad que la femme se trouve à environ 30 minutes maximum d’un hopital. En cas de réel urgence comme une hémoragie (qui reste rare à domicile et bien moins terrible qu’à l’hopital pour différentes raisons un peu longues à expliquer), la sage femme fait pression sur la zone et le samu est immédiatement appelé. En moins de 10 minutes, la maman est prise en charge ce qui rend l’aad vraiment sûr. Il est aussi evident que toutes les femmes ne peuvent accoucher à domicile : toute grossesse à risque est éliminée, et au moindre risque prévisible l’aad est refusé.

  • Le suivi de grossesse est il différent des grossesses avec accouchement en structure ?

Il est bien moins médicalisé. On est suivi par une seule et unique personne ce qui est agréable (ne serait qu’une question de dévoilement de la awra). Je n’ai par exemple jamais eu de toucher vaginal durant mes suivis (sauf 1 ou 2 que j’avais réclamé sur la fin car en doute sur l’ouverture du col). Lors des rdv de suivi, la sage femme passe surtout ce moment à nous écouter. La bienveillance est la base (elle me demande par exemple si elle peut toucher mon ventre au moment d’écouter le bébé !

  • As tu des associations ou des sites à nous recommander ?

Il y a quelques groupes sur facebook qui sont utiles pour se rassurer ou avoir des témoignages. Il suffit de regarder en tapant AAD ou “accouchement à domicile”. Il existe un répertoire aussi de sage-femmes pratiquant l’AAD mais pas tenue à jour donc ne pas hésiter à demander si il existe d’autres numéros : https://projetdenaissance.wordpress.com/2016/03/24/repertoire-sages-femmes-pour-accompagnement-aad-et-pt/ .

Le film “entre leurs mains” est aussi parfait pour s’instruire sur l’aad, et confirmer son désir de celui ci. Enfin, un livre que je recommande à chacune et qui vous aidera à avoir confiance en vous mais aussi à vivre votre douleur dans la positivité, c’est “j’accouche bientôt que faire de la douleur ?” (anciennement “j’accouche bientôt j’ai peur de la douleur”). Une préparation à l’accouchement à lui tout seul !

  • Si tu devais nous donner un conseil, lequel serait-il ?
Ayez confiance en vous, en votre bébé c’est l’unique vérité. Chercher par vous même, beaucoup de choses dites et faites en milieu hospitalier sont incorrectes ou abusives. Enfin, les grands savants sont unanimes sur le bienfait de l’accouchement à domicile et son obligation (dans la condition où aucun risque n’est prévisible)* pensez donc bien à l’obéissance en Allah pour ce choix !
*Vous trouverez en cliquant ICI les fatwas sur ce sujet. 
Merci à notre soeur d’avoir répondu à nos interrogations !
Nous demandons à Allah de lui accorder d’autres petits bouts qui naitront de la manière dont elle le souhaite, et qui seront une source de bien pour elle et sa famille, ici-bas et dans l’au-delà !
N’hésitez pas à laisser votre avis ou vos questions les filles…
Mal de grossesse : L’hyperémèse gravidique

Mal de grossesse : L’hyperémèse gravidique

Mal de grossesse : L’hyperémèse gravidique

Mal de grossesse : L’hyperémèse gravidique

Assalamu alaykum / Bonjour,

J’ai décidé aujourd’hui de vous parler d’un mal de grossesse peu connu car très rare. En effet, seulement 1% des femmes enceintes sont touchées par celui-ci. Il s’agit de l’hyperémèse gravidique.

De quoi s’agit-il ?

30% des femmes sont atteintes de nausées au cours du premier trimestre de grossesse. Des nausées certes inconfortables, mais qui n’ont rien de comparable à celles dont sont victimes les femmes atteintes d’hyperémèse gravidique. “On utilise les termes vomissements incoercibles ou hypermesis gravidarum lorsqu’une femme enceinte a des vomissements ou des troubles alimentaires liés à la grossesse avec une perte de poids d’au moins 5 % par rapport au poids initial“, explique le Pr Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien au CHRU de Lille et Secrétaire Général du CNGOF.

Ces vomissements incoercibles débutent entre 4 et 8 semaines d’aménorrhée (SA), et dans la plupart des cas, disparaissent à la fin du premier trimestre de grossesse (13-15 SA). Certaines femmes souffrent de vomissements incoercibles jusqu’à l’accouchement. Ces symptômes peuvent entraîner chez la future maman gravement atteinte une déshydratation importante, une grande faiblesse, des malaises et, pour le bébé à venir, un retard de croissance intra utérin

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’hyperémèse gravidique :

  • Le taux d’hormones Beta-hCG plus élevé
  • L’ethnie (les femmes noires américaines sont plus touchées que les caucasiennes)
  • Un poids peu élevé avant la grossesse
  • Le sexe du bébé (plus de risques lorsqu’il s’agit d’une fille)

Certains évoquent une cause psychologique. L’hyperémèse gravidique apparaîtrait plus fréquemment dans des cas de grossesses non-désirées.

Comment ça se soigne ?

Le traitement des vomissements incoercibles repose tout d’abord sur des règles calquées sur celles indiquées pour les nausées de grossesse “simples” :

  • Manger en petite quantité et préférer les aliments liquides
  • Manger quelques biscottes au lit avant de se lever pour rompre le jeun de la nuit
  • Boire des boissons sucrés pour que le corps retienne un peu de glucose
  • Se reposer le plus possible
  • Des médicaments antiémétiques voire des neuroléptiques qui arrêtent les vomissements par mécaisme central peuvent être prescrits dans des cas graves, lorsque les conseils diététiques ne suffisent plus.

Si la femme enceinte perd plus de 10% de son ploid initial, elle doit être hospitalisée. La voie veineuse sera utilisée pour la réhydrater et l’alimenter jusqu’à ce que les vomissements diminuent ou cessent.

Bon courage à toutes les futures mamans et plus encore à celles qui ont des grossesses hors du commun !

Comment protéger son enfant des abus sexuels ?

Comment protéger son enfant des abus sexuels ?

Comment protéger son enfant des abus sexuels ?

Comment protéger son enfant des abus sexuels ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

Nous avons décidé aujourd’hui d’aborder un thème grave, un thème dont a pas forcément envie d’entendre parler et qui nous retourne le coeur rien qu’en y pensant : les abus sexuels sur les enfants.

Qu’Allah ta3ala préserve nos enfants de tout mal !

Il faut savoir qu’en Europe, un enfant sur cinq est victime d’abus sexuel. Dans la majorité des cas, l’agresseur est une personne connue par l’enfant, une personne en qui il a confiance. Les victimes de violences sexuelles se réfugient le plus souvent dans le silence par peur, par honte et culpabilité et parfois, car elles pensent qu’elles ne seront pas crues.

Avant d’en arriver à cette situation dramatique, voyons ensemble de quelle façon on peut prévenir ces abus et ainsi protéger nos enfants contre ces horreurs.

Voici plusieurs points clés :

  • Etablissez une relation de confiance avec votre enfant. Faîtes lui sentir que vous l’écoutez et que ce qu’il ressent est important à vos yeux. Il doit savoir qu’il peut compter sur vous.
  • Laissez à vos enfants le droit de dire NON à un bisou ou un câlin dont il n’a pas envie (même si c’est pour dire bonjour à la mamie ^^).
  • Expliquez que ce n’est pas bien que quelqu’un touche ou regarde ses parties intimes et de même qu’on lui demande de toucher ou regarder.
  • Apprenez à l’enfant à dire NON à tout contact physique déplacé. Il n’y a pas d’âge pour enseigner cela, ce n’est jamais trop tôt !
  • Mettez en place une règle : votre enfant doit vous informer si une personne donne des cadeaux, demande de passer du temps seule avec lui ou demande de garder des secrets.
  • De même, il ne doit pas monter en voiture avec des inconnus, ne pas accepter d’invitations sans vous prévenir,…
  • Apprenez lui qu’un secret peut être bon ou mauvais. Un mauvais secret rend malheureux et, ce secret là, ce mauvais secret, il ne faut pas le garder pour soi.
  • Si il s’avère que votre enfant à malheureusement été victime d’abus, surtout, ne vous mettez pas en colère devant lui et essayez de ne pas vous montrer trop bouleversé. L’enfant pourrait se sentir coupable et donc se taire.

 

Je vous invite fortement à découvrir (et utiliser) le guide “On ne touche pas ici” que vous pouvez télécharger gratuitement en cliquant ICI. Avec celui-ci, vous découvrirez comment enseigner à votre enfant la règle élémentaire du “On ne touche pas ici”.

Voici également un livre à imprimer gratuitement et à lire avec vos loulous : “Kiko et la main” (cliquez sur le titre pour accéder au fichier). C’est une excellent base pour parler en famille des gestes permis et de ceux qui ne le sont pas.

N’hésitez pas à partager ces documents autour de vous. N’hésitez pas à parler de ce thème, bien que très dérangeant, avec vos proches. Faisons tout ce qui nous est possible pour protéger à nos enfants et aux autres…

 

 

5 bienfaits de l’emmaillotage

5 bienfaits de l’emmaillotage

5 bienfaits de l’emmaillotage

5 bienfaits de l’emmaillotage

Assalamu alaykum / Bonjour,

Depuis quelques années, l’emmaillotage revient au goût du jour. De plus en plus de parents décident en effet de se tourner vers cette pratique ancestrale mais pourtant décriée dans les années 80-90… Et ils ont bien raison !

Nous allons voir ensemble 5 bienfaits de l’emmaillotage qui vous donneront envie de sauter le pas :

  • Emmailloter le bébé évite les réveils dûs au réflexe de Moro :

Le réflexe de Moro est un réflexe du nourisson qui se manifeste par un brusque mouvement des bras vers le haut de la tête et le fait sursauter. Le bébé a la sensation de tomber dans le vide et cela le réveille inévitablement. L’emmaillotage bloquant ses membres, loulou ne sera plus réveillé par ce réflexe archaïque.

  • Emmailloter le bébé permet de le contenir :

Cette technique permet à mini de retrouver les sensations familières qu’il a connu dans l’utérus maternel. Chaleur, enveloppement et espace étroit : il sera sécurisé pour dormir paisiblement.

  • Emmailloter loulou atténue les colliques :

Le tissu qui sert à l’emmaillotage va serrer le ventre de bébé et ainsi exercer une légère pression sur cette partie très sensible de son petit corps. Il se tortillera moins et les maux de ventre seront moins importants.

  • L’emmaillotage est un retour aux méthodes “naturelles” :

Depuis des siècles, à travers le monde, les mamans ont toujours cherché à emmailloter leurs petits bouts afin de leur tenir chaud, de les contenir et de les apaiser. Depuis des centaines et des milliers d’années, des millions de bébés ont pu s’endormir sans ressentir cette sensation de “vide” autour d’eux par le biais de cette méthode. L’emmaillotage n’a plus à faire ses preuves !

  • L’emaillotage est recommandé en Islam :

En tant que parents musulmans, il est de notre devoir de nous renseigner sur ce que l’Islam préconise concernant cette pratique. Je partage donc avec vous les paroles de Chaykh Muhammad Ibn Abi Bakr Ibn Al Qayyim Al Jawziyya, rahimahu Llah, dans l’ouvrage “Les préceptes islamiques relatifs au nouveau-né” (disponible ICI) :

Il convient de ne pas négliger de le langer et de l’emmailloter même si celui-ci lui est difficile à supporter, jusqu’à ce que son corps soit solide, ses membres forts et qu’il puisse s’asseoir. Quand il est devient ainsi souple, on peut, sans négligence, l’entraîner aux mouvements, à se tenir debout, doucement, jusqu’à ce qu’il puisse faire cela lui-même.

Vous le voyez donc : l’emmaillotage regorge de bienfaits qui permettront au bébé de se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Les parents pourront surement, eux aussi, retrouver un sommeil plus serein (et moins entrecoupé in shâ a llah). On ne demande pas mieux !

Derniers conseils à retenir avant de nous quitter :

  • emmailloter bébé avec un tissu adapté (pas de grosse couverture en laine si il fait 35° par exemple)
  • emmailloter votre mini uniquement pendant les périodes de sommeil et laisser le libre de ses mouvements pendant sa priode d’éveil (vive la motricité libre !)
  • ne pas trop serrer les jambes de loulou pour éviter une éventuelle luxation des hanches

 

Voilà ! Vous savez tout !

Lancez vous et venez nous en donner des nouvelles in shâ a llah…

Crédit image

 

Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Assalamu alaykum / Bonjour,

La lessive, la vaiselle, le rangement, le balai, les vitres, la poussière, la cuisine,… La liste des tâches ménagères est longue et non-exhaustive ! Il y en a toujours des nouvelles et des imprévues !

En tant que maman, ce n’est pas toujours évident de gérer ceci avec des loulous courant à droite et à gauche et surtout, mettant leur grain de sel dans notre boulot.

Avez-vous remarqué à quel point ils aiment défaire les piles de vêtements que nous venons de finir de plier (voire de repasser pour les plus courageuses) ?

Mais non, détrompez-vous, loulou ne veut pas vous embêter ! Il veut tout simplement participer à la vie du foyer mais, il ne sait pas encore comment s’y prendre.

Nous allons donc voir de quelle façon nous pouvons…

Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Gardez bien à l’esprit le fait qu’il y a plusieurs avantages pédagogiques à cette “activité” un peu particulière. En effet, loulou va de cette manière :

  • avoir des responsabilités
  • apprendre diverses habiletés manuelles
  • se fixer un objectif et l’atteindre
  • se sentir utile au sein de la famille

Sachez également qu’un enfant à qui on aura répété sans cesse “Laisse ça, tu es trop petit”, aura beaucoup plus de mal à s’impliquer dans les tâches ménagères une fois devenu grand (quand je dis “grand” ici, je parle de l’adolescence).

Prenons l’exemple d’un jeune homme de 13 ans qui n’a jamais pu aider sa mère en étant plus jeune car celle-ci lui disait continuellement qu’il n’était pas capable de le faire. Celui-ci n’aura aucune raison de commencer à participer du jour au lendemain. Il considèrera que ce n’est pas son rôle.

Attention : il ne s’agit pas d’exploiter votre mini loulou en vous prélassant sur le canapé ! Pas du tout !

Il s’agit de l’occuper de façon utile pendant que vous êtes vous même occupée par le ménage ou par une autre affaire de la maison.

Pour vous aider, voici une liste des tâches que l’on proposer à son enfant en fonction de son âge (liste prise sur le blog “La cabane à idées“) :

De 2 à 3 ans :

  1. Ramasser des jouets pour les mettre dans un bac à jouets
  2. Ramasser et mettre les vêtements dans la corbeille de linge sale
  3. Sortir les vêtements du lave-linge (et poser les chaussettes sur le sèche-linge)
  4. Décharger le lave-vaisselle (ce qui est en plastique!!!)
  5. Faire la poussière avec un chiffon en microfibre
  6. Nettoyer les plinthes (avec un chiffon ou même avec une éponge et du savon)
De 4 à 5 ans :
  1. Toutes les tâches précédentes bien sûr
  2. Mettre la vaisselle sale dans le lave-vaisselle
  3. Passer l’aspirateur sur les coussins, le canapé…
  4. Sortir le sac poubelle de recyclage (rempli de cartons, papier…)
  5. Mettre la table puis la débarrasser
  6. Laver les vitres
  7. Mettre les chaussettes par paire
  8. Laver la vaisselle (avec de l’aide)
  9. Laver le lavabo avec une éponge
  10. Plier les serviettes de table
  11. Arroser les plantes

De 6 à 8 ans

  1. Toutes les tâches précédentes
  2. Etaler le linge à sécher
  3. Balayer
  4. Passer l’aspirateur
  5. Prépare le repas : trouver les ingrédients, laver puis couper (les carottes, les pommes de terre…)
  6. Etaler le linge sur le séchoir puis le ramasser et le mettre dans le bac du linge à repasser

De 9 à 12 ans :

  1. Toutes les tâches précédentes
  2. Passer la serpillère
  3. Sortir la poubelle

La liste est à modifier en fonction de votre propre foyer et de ce que vous devez y faire. Chez nous, les loulous sont également en charge des tortues (les nourrir et les couvrir le soir).

Ensuite, chacun a son petit truc qui l’attire On fait en fonction de leurs goûts : Loulou number 1 (6 ans) aime plier le linge donc je lui ai appris à plier les t-shirts et les pantalons. Loulou number 2 (4 ans et demi), quant à lui, se régale à frotter les vitres. Enfin, miss louloute number 3 (22mois), se fait un plaisir d’appuyer sur le bouton de la machine à laver pour lancer le lavage.

Et chez vous, comment ça se passe ? Les enfants mettent-ils la main à la pâte ? De quelle façon ?

6 expressions "anti-émotion" à bannir #CNV

6 expressions "anti-émotion" à bannir #CNV

6 expressions “anti-émotion” à bannir #CNV

Assalamu alaykum / Bonjour,

Dans un précédent article sur l’éducation bienviellante, je vous parlais de l’importance d’accueillir les sentiments de l’autre, et dans ce cas, de l’enfant (lire l’article ici).

En effet, les colères et pleurs des tout-petits ne sont pas dirigés vers l’adulte. Ils sont tout simplement l’expression d’un besoin inassouvi, qu’ils ne parviennent pas à exprimer différemment.

De plus, il faut bien comprendre que les caprices demandent une certaine maturité que mini loulou n’a pas (vous pouvez lire cet article pour en savoir plus : ICI). C’est n’est donc pas en le punissant ou en le grondant que l’on peut mettre fin à la tempête émotionnelle que l’enfant traverse.

Voici 6 expressions “anti-émotion” à bannir

  • La honte : “Tu es ridicule de pleurer !” ; “Tu es moche quand tu te mets dans cet état !” ; “Y’a que les bébés qui pleurent, tu n’as honte ?”
  • Le déni : “Arrête ton cinéma !” ; “Arrête d’être triste comme ça, il n’y a aucune raison !” ; “Ne fais pas le pauvre enfant malheureux !”
  • La culpabilisation : “Tu es trop gâté !” ; “Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça ? Avec tout ce que je fais pour toi !” ; “Arrête tu me rends malade !”
  • La peur : “Si tu continues à pleurer, je vais te donner une bonne raison de pleurer !” ; “Fais moins de bruit où je vais me fâcher !”
  • Le pansement : “Allez calme-toi ! Je vais t’acheter un jouet / bonbon”
  • Le recadrage : “Cet enfant manque de sommeil, c’est pour cela qu’il se met dans un tel état.” Attention aux théories de l’entourage !

Bon alors, bannir tout ça, c’est bien beau… Mais pour le remplacer par quoi ?

Je pourrais vous écrire un roman sur le thème mais de nombreux auteurs l’ont déja fait avant moi : notamment Isabelle Filliozat, Adele Faber et Elaine Mazlish. Je vous conseille vivement la lecture de leur ouvrages.

En attendant de vous lancer de ces lectures, vous pouvez trouver quelques pistes dans cet article très intéressant et très complet : http://anti-deprime.com/2015/03/14/13-expressions-a-ne-plus-dire-a-votre-enfant/

Vous y trouverez des idées pour remplacer ces 6 expressions (vraiments moches) qu’il faut absolument sortir de nos habitudes langagières.

Bonne lecture !

Crédit photo

 

Education bienveillante, pédagogie alternative : une mode ?

Education bienveillante, pédagogie alternative : une mode ?

Education bienveillante : une mode ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

En parcourant blogs et réseaux sociaux, je me suis aperçue que Maria Montessori est à la mode chez les musulmans. Filliozat aussi. Et d’autres pédagogies alternatives. Et d’autres méthodes d’éducation positive.

On en voit partout : Montessori par ci, Montessori par là, allaitement, portage et co-dodo, bienveillance à gogo.

C’est tendance !

Je me suis mal placée pour parler de ça me direz-vous…

C’est vrai, Ummaty Shop n’est pas en reste sur ces thèmes là et ce, car je suis tombée dedans quand j’étais petite.

Instruite par la pédagogie Montessori et Freinet, j’ai, à mon tour, en tant qu’enseignante puis en tant que maman, appliqué certains principes de ces techniques.

La bienveillance, c’est la même chose. C’est de famille. Ma mère, révolutionnaire pour l’époque, prônait la communication non-violente, détestait la VEO (Violence Educative Ordinaire) et, c’est tout naturellement, qu’une fois devenue mère de famille, je me suis formée à cette méthode éducative.

Cependant, à l’heure où une partie de la communauté musulmane ne jure plus que par les pédagogies alternatives (Montessori surtout) et par l’éducation positive, j’avais envie de m’interroger sur le statut de celles-ci dans l’Islam.

Alors…

Education bienveillante, pédagogie alternative : une mode ?

J’ai envie de répondre oui.

En effet, il y a quelques années on aurait jamais imaginé ce courant de pensée se répandre autant dans la communauté et ce, à cause du fait que nous reproduisons dans la plupart des cas les schémas éducatifs parentaux. A ce propos, je vous invite d’ailleurs à lire cet article très intéressant : http://www.les-supers-parents.com/la-violence-educative-ordinaire-eradiquer-en-10-etapes/

Les pédagogies alternatives, c’est la même chose. La démocratisation du net et la facilité d’accès aux informations vont de paire. Ainsi, avec l’avènement de l’aire “internet”, les mamans ont eu soudain un accès illimité à nombre d’informations et ont pu découvrir la méthode Montessori et d’autres.

Mais j’ai aussi envie de répondre non.

Non, car dans notre communauté nous avons des soeurs qualifiées, qui sont formées et dont c’est le métier (ou du moins la passion) et qui sont tout à fait aptes à enseigner selon la technique Freinet ou la pédagogie Montessori. Pour certaines, cela fait des années qu’elles baignent dans ce milieu alors non, dans leur cas, c’est loin d’être un effet de mode.

Non également car l’Islam est parfait, l’Islam est complet. Allah ta3ala nous aurait-il laissé sans aucune orientation, aucune directive pour l’éducation de nos enfants ?

Certainement pas !

Je conseille donc de revenir aux ouvrages islamiques qui traitent de l’éducation des enfants et vous verrez que la bienveillance ne vient pas de Filliozat, de Faber et Mazlisch ni même de Jane Nelsen.

La bienveillance est inhérente à l’Islam. De nombreux ahadtihs prouvent cela. A ce propos, je partage avec vous un extrait de “L’éducation des enfants et les bases de leur formation” de Cheikh Ferkous (texte intégral ICI) :

“Parmi les devoirs de l’éducation de l’enfant : être clément et gentil avec lui et se comporter avec souplesse et sans rudesse envers lui, notamment de la part des parents ou ceux qui prennent leur place, tels que le grand-père ou l’oncle, parce que la rudesse en éducation n’engendre que rudesse dans le comportement. Dans un hadith authentique rapporté par El-Barâ’ Ibn `Âzib رضي الله عنه où il dit : j’ai vu le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم portant sur son épaule El-Hassane Ibn `Ali, et disant :« Seigneur, je l’aime, aime-le aussi »(10).

En-Nawawi commenta ce hadith en disant : « Ce hadith prouve qu’il convient d’être doux, clément et bienveillant envers les enfants »(11).

Aussi, l’enfant a besoin de quelque chose de concret de la part de ses parents pour qu’il puisse sentir l’amour, la tendresse et la compassion qu’ils lui vouent. Ces sentiments peuvent se concrétiser en l’embrassant, en le portant, en le cajolant et en lui caressant la tête et le visage ou le prendre dans leurs bras. Abou Hourayra رضي الله عنه a dit : El-Aqra` Ibn Hâbis, ayant vu l’Envoyé d’Allah صلَّى الله عليه وسلَّم embrasser El-Hassane Ibn `Ali, dit : « J’ai dix enfants et jamais je n’ai embrassé un d’entre eux ! ». Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم le regarda, puis lui dit : « On ne fera pas miséricorde à celui qui ne fait pas miséricorde »(12). Il est aussi rapporté dans un hadith authentique qu’un bédouin vint au Prophète d’Allah صلَّى الله عليه وسلَّم et lui dit : « Vous embrassez les enfants ! Nous ne le faisons pas ». Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Il ne m’appartient pas de mettre la miséricorde dans ton cœur après qu’Allah te l’ait ôtée(13) »(14). Ce qui confirme ce sens, c’est ce qu’El-Boukhâri a rapporté d’après Oussâma Ibn Zayd رضي الله عنهما qui dit : « Le Messager d’Allah صلَّى الله عليه وسلَّمavait l’habitude de me prendre, me mettre sur l’une de ses cuisses et El-Hassane sur l’autre, puis nous embrassait et disait : « Ô Allah ! Soit Miséricordieux envers eux, car je suis miséricordieux envers eux » »(15).

D’une autre part, le traitement des enfants par leurs parents avec cet amour et affection exige d’être équitable envers eux et ne pas donner préférence aux garçons par rapport aux filles et léser la femelle dans son droit de protection, de considération et de bienfaisance. Ce genre de préférence est considéré parmi les habitudes d’El-Djâhiliyya (l’ère préislamique). Ce qui est recommandé plutôt est de considérer justement les garçons et les filles, ainsi que les garçons entre eux ; en ne faisant pas des dons aux uns sans le faire aux autres, ou les filles entre-elles ; autant par l’affection, le traitement, l’amour, le don ou toutes autres considérations, vu ce qu’a dit le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم à El-Bachîr Ibn Sa`dرضي الله عنه, qui favorisa d’un cadeau l’un de ses enfants parmi d’autres : « As-tu donné à tous tes enfants la même chose que celui-ci ? ». Il répondit négativement. Il dit alorsصلَّى الله عليه وسلَّم: « Craignez Allah et soyez juste envers vos enfants »(17).

D’une troisième part, le petit enfant peut se conduire d’une manière qui irritera ou embarrassera les parents, ce qui ne doit pas les rendre durs ou violents envers lui, vu son jeune âge et ses aptitudes intellectuelles qui ne se sont pas encore développées ; mais il doit être traité avec douceur. En effet, il est rapporté que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit dans un hadith authentique : « Allah est Doux et Il aime la douceur. Il rétribue pour la douceur ce qu’Il ne rétribue pas pour la violence »(18). Dans un autre récit : « Quiconque est privé de la douceur est, en effet, privé de tout le bien »(19).

De ce fait, prendre en considération la méthode de la douceur et du pardon fait de la relation de l’enfant avec ses parents une relation d’amour qu’il ressent en lui-même et grâce à laquelle il s’incline toujours envers eux et écoute leurs conseils et leurs recommandations. Par contre, la violence exercée sur l’enfant durant son enfance engendre la violence de son caractère à l’âge adulte, et la rudesse subie par l’enfant dès son jeune âge fait sa rigidité envers ses parents une fois devenu adulte.”

Il y a énorméments d’autres exemple dans le Saint Coran puis dans la Sunna de notre noble Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, à ce sujet.

Je voulais également vous faire partager cette courte vidéo de Cheikh Al Albani rahimahu llah sur le fait de corriger ses enfants :

 

Tout ceci, mes frères et soeurs, pour nous rappeler, et à moi-même en premier lieu, que nous avons dans notre religion de nombreux conseils quant à l’éducation de nos “amanat”. Ne négligeons pas ces orientations au profit de méthodes, certes très bénéfiques pour certaines, mais qui ne sont pas comparables avec la sagesse de Notre Seigneur et Créateur.

Après tout, qui nous connaît mieux que lui ?

Quelques ouvrages bénéfiques :

 

—————————————————————————————————————————————–

Attention : Cet article ne veut pas dire, ni ne sous-entend que ces méthodes sont interdites. Il s’agit juste d’un rappel que nous nous adressons à nous-même puis à l’ensemble de la communauté.

Voici d’ailleurs une fatwa autorisant la pédagogie Montessori : http://www.3ilmchar3i.net/article-la-methode-montessori-pour-l-education-des-enfants-79175229.html

 

Crédit photo
Mon bébé a-t-il assez de lait ?

Mon bébé a-t-il assez de lait ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

Je me permets de partager aujourd’hui avec vous un article que j’avais écrit pour akhawates.fr

Le thème : L’allaitement.

Et voici l’article :

“Les mamans allaitantes se sont souvent posées cette question : ai-je assez de lait ? mon bébé est-il suffisamment rassasié ?

.

J’ai lu récemment un article de la LLL (La Leche League) qui traitait ce sujet et qui donnait certaines “astuces” qui permettent de répondre à cette interrogation. Je vous fais partager celles-ci ici bi idhni LLAH :

– Dès le 3ème jour de vie de l’enfant, on doit pouvoir l’entendre déglutir à chaque succion au début de la tétée

– La perte de poids ne doit pas dépasser 7% du poids de la naissance pendant les 4 premiers jours

– La majorité des bébés tètent en moyenne entre 8 et 12 fois par jour (entre 1h30 et 3h entre chaque tétée)

– La peau du bébé est douce, souple; lui-même est bien éveillé, tonique et s’intéresse au monde qui l’entoure

– Bébé sourit : ça signifie qu’il est bien nourrit alhamduliLLAH

.

A cela, j’ajouterai un conseil que la sage-femme qui m’a suivi pour loulou number 1 m’avait donné : regardez les oreilles de votre amana. Si celles-ci bougent, c’est que le muscle de la mâchoire travaille correctement et que le bébé tète correctement.

.

N’oubliez jamais que l’allaitement ne doit pas faire mal. Alors si tout ne se met pas en place comme prévu, n’hésitez pas à contacter une professionnelle qui saura vous aider à rectifier le tir pour que votre bébé puisse bénéficier de la grande ni3ma qu’est le lait maternel in shâ a LLAH.

.

Qu’Allah ta3la facilite à toutes les mamans allaitantes !”

.

Source : http://akhawates.fr/actualites/mon-bebe-a-t-il-assez-de-lait/

Comment gérer les pleurs à la rentrée ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

 

Certaines d’entre nous viennent de vivre leur première rentrée des classes en tant que maman. Certaines d’entre nous ont donc été confrontées aux fameux pleurs devant (ou même dans) l’école. C’est un état de fait qui peut-être très déroutant et très difficile à vivre pour une mère.

 

Voyons donc ensemble ce que nous pouvons faire pour gérer ce moment angoissant pour mini loulou comme pour nous.

 

Tout d’abord, en amont, on peut préparer la rentrée avec le principal intéressé (oui oui je parle de mini loulou en personne). Voici une petite liste non exhaustive de ce qui peut être fait avant même le jour J :

– Expliquer ce qu’est l’école (en vous appuyant sur des livres au besoin), montrer où elle se situe, la visiter si possible,

– Valoriser l’événement, choisir ensemble des fournitures,

– Préparer la séparation en confiant votre petit bout pour une demie journée à une mamie ou une tatie (oui il peut survivre quelques heures sans nous).

 

Ensuite, la veille de la rentrée et le jour même, pensons à respecter quelques petites choses simples mais qui faciliteront ce moment tellement angoissant :

– Loulou doit se coucher tôt pour ne pas être fatigué (reprenez le rythme progressivement quelques temps avant),

– Loulou va également devoir se lever tôt afin d’être en forme et d’avoir le temps de déjeuner correctement, de se préparer, etc…

– L’idéal est qu’une seule personne accompagne l’enfant pour sa rentrée car plus il y aura de monde, plus ce sera compliqué pour lui d’effectuer cette fameuse séparation,

 

Enfin, j’ai noté à travers mes différentes lectures (et par ma courte expérience) deux points qui peuvent également aider les minis loulous face à ce grand chamboulement :

– Être bien ponctuelle quand on le récupère en fin de journée / matinée. Savoir que sa maman est là dehors à attendre qu’il sorte de l’école est très rassurant pour un tout-petit,

– Lui consacrer du temps et de l’attention à son retour. Cela le convaincra qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter quant à l’attachement de ses parents. Le retour à l’école le lendemain sera donc bien plus simple.

 

Et vous les mamounettes, quels sont vos trucs et astuces pour une rentrée en toute sérénité ?

 

 

 

10 phrases que les mamans "maternantes" ont entendu

10 phrases que les mamans "maternantes" ont entendu

10 phrases que les mamans maternantes ont entendu

Assalamu alaykum / Bonjour,

Maman de quatre enfants tous allaités, cododotés, portés, “DMEtés” et instruits en famille, j’ai eu à faire face de nombreuses fois à certains clichés qui ont la dent dure. Si j’ai réussi à en rire parfois, j’avoue avoir été passablement agacée à d’autres moments…

Allez, les mamans maternantes, ces 10 phrases sont pour vous :

“Si tu continues à le porter tu vas l’habituer aux bras”

“Mais tu es sûre qu’il n’a pas faim ? Tu es sûre d’avoir assez de lait ?”

“Le bébé dans ton lit ? Super l’intimité du couple !”

“Mais laisse le pleurer, tu vas en faire un capricieux !”

“Moi j’ai mis mon fils dans un youpala (trotteur) et il a marché beaucoup plus tôt que ce qu’il aurait dû. Tu devrais essayer.”

“Tu n’es pas assez dure avec lui.”

“Tu sais, ne pas le mettre à l’école ne va pas le protéger du monde réel. Il y sera bien confronté un jour, alors autant que ce soit le plus tôt possible…”

“Oh ça va ! Nous on s’est bien pris des fessées étant petits, on en est pas morts !”

“Tu vas l’étouffer en dormant avec lui.”

“En les gardant à la maison, tu n’as pas peur qu’ils aient des problèmes de socialisation ?”

Je suis sûre que vous avez dû vous reconnaître dans au moins une de ces phrases…

Et vous, dîtes nous : qu’avez-vous entendu qui vous a fait dresser les cheveux sur la tête ?

 

 

 

Maternage… et paternage ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

En cherchant un idée d’article pour la rubrique maternage, je me suis demandée comment on appelait les papas qui pratiquent le maternage. Ce mot renvoie effectivement à la mère, à la maternité,… comme si le père n’avait pas sa place dans cette forme d’éducation.

J’ai donc tapé “paternage” (c’est le mot qui m’a semblé le plus logique) sur notre ami google et je sus tombée sur tout un tas de blogs, de textes mais surtout de définitions. Le paternage serait “le maternage mâle” selon le dictionnaire en ligne reverso. Mouais… Ça ne m’avance guère. D’autres sites parlent de “parentage proximal” pour désigner le fait de porter son bébé, de cododoter, de répondre rapidement à ses besoins, de ne pas laisser pleurer,… Ce terme a l’avantage d’englober les deux parents et de ne pas marquer une différence entre l’un et l’autre.

J’aime bien.

Dorénavant je dirais que dans notre foyer, nous pratiquons le “parentage proximal“. Ça a de l’allure avouez-le. Et puis de cette façon, les contradicteurs ne sauront pas tout à fait de quoi il s’agit et ne pourront pas répondre du tac au tac “ah moi je ne comprends pas qu’on puisse dormir avec son bébé !” ou encore “tu vas l’habituer au bras”, etc etc.

Plus sérieusement, j’ai décidé de me pencher un peu sur la place des papas dans tout ça. Sans vous ressortir ce que j’ai pu lire sur une éventuelle sécrétion d’hormones chez les pères qui portent leurs enfants, sans parler d’égalité au sein du foyer, sans parler de toutes ces choses qui me semblent abstraites, je vais juste vous parler du meilleur homme et père qu’ait porté la terre : Notre prophète Muhammad Ibn Abdu Llah, que la prière d’Allah et le salut soient sur lui.

Il est un exemple de douceur, de bienveillance et de justesse envers les enfants que chaque père se doit de prendre et que chaque parent doit chercher à imiter.

Voici quelques ahadiths qui soulignent cela :

Un jour, un bédouin vint trouver Le Prophète sallallahu alayhi wa sallam et lui dit : « Vous embrassez vos enfants ? ». Le Prophète sallallahu alayhi wa sallam répondit : « Que puis-je pour toi, si Allah a ôté de ton cœur la tendresse ! »
[ Rapporté par Al Boukhari ]

Selon Abdoullâh Ibn Chiddad, selon son père : « Le Prophète sallallahu alayhi wa sallam est venu à nous pour faire Adh-dhohr ou al-‘Asr alors qu’il portait Hasan ou Housayn, il s’avança donc et commença la prière alors qu’il le portait. Quand il s’est prosterné, il dura longtemps, j’ai alors relevé ma tête et j’ai vu l’enfant sur le dos du Prophète sallallahu alayhi wa sallam qui était en prosternation, je me suis alors remis en prosternation. Quand il finit la prière les gens ont dit : « Ô Prophète tu es resté si longtemps en prosternation que nous avons cru qu’il t’était arrivé quelque chose ou que tu recevais la révélation ». Il dit : « Non ce n’est pas ça, mon petit-fils s’est mis sur mon dos et j’ai détesté le brusquer en me relevant et j’ai attendu qu’il en ait assez » ».
[Ahmad, An-Nasâi, al-Hâkim qui dit authentique, et le rejoint ad-Dhahabi]

D’après Abdallah Ibn Amir (qu’Allah l’agrée), un jour ma mère m’a appelé alors que le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) était assis dans notre maison. Elle a dit: “Viens je vais te donner quelque chose”. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) lui dit: « Que veux-tu lui donner? ». Elle répondit: “Je veux lui donner des datte”s. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) lui a dit: « Certes si tu ne lui avais rien donné un mensonge aurait été écrit contre toi ».
[Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4991 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud]

Abou Houreyra raconte : J’ai vu de mes yeux vu, et j’ai entendu de mes propres oreilles, Le Prophète sallallahou alayhi wa sallam qui tenait Hassan ou Houssayn par la main en disant « Monte mes petits yeux ». L’enfant posait alors son pied sur celui du Prophète sallallahou alayhi wa sallem qui le portait jusqu’à sa poitrine et disait « Ouvre la bouche ». Puis il l’embrassait en disant « O Allah, je l’aime alors aime le ! » Et dans une autre version nous pouvons lire » Il ouvrit la bouche alors il l’embrassa »
[Abou daoud, Ibn Al Acim, Ibn Arabi Ad-dounia]

 

Quel modèle magnifique nous avons ! Allahu akbar !

Qu’Allah nous facilite  toutes et à tous l’éducation de nos petites amanas dans la douceur et la miséricorde, et qu’Il fasse de tous nos loulous des pieux qui seront des sources de bien pour chacun d’entre nous.

 

Quand bébé bouge…

Assalamu alaykum / Bonjour,

Bébé gigote, bébé se tourne et se retourne, bébé se lève laborieusement, bébé tombe, bébé attrape tout autour de lui… Bref bébé bouge. Oui je sais que vous l’avez sans doute déjà remarqué mais voilà je le redis : bébé bouge.

De ce fait, nous allons parler aujourd’hui de motricité libre.

Comme vous l’avez donc constaté votre bébé bouge, votre bébé se met en mouvement et découvre son corps, ses capacités et ses possibilités. La motricité libre consiste tout simplement à le laisser explorer cela seul, sans l’entraver dans un transat ou une chaise haute. Vous pouvez y recourir mais à très faible dose.

Ce que vous pouvez faire par exemple, c’est mettre une couverture à même le sol, y poser votre petit cœur et lui mettre quelques jouets autour. Si bébé en ressent l’envie et le besoin, il essayera par lui-même d’atteindre ce qui l’intéresse.

Le bébé sentira à chaque étape ce qu’il est capable de faire ou non,il ne sera ni poussé par un adulte vers une expérience motrice dont il n’est pas encore capable, ni maintenu dans une position inconfortable par un quelconque objet de puériculture.

La motricité libre ne va pas protéger votre loulou des chutes, on ne va pas se mentir, mais finalement, cela va les limiter. Pourquoi ? Parce que votre mini va lui-même doser ses mouvements et apprendre à anticiper. Il va également prendre confiance en lui et sera donc de plus en plus assuré de ses capacités motrices. D’ailleurs, n’hésitez pas à lui dire qu’il peut être fier de lui.

Enfin, dernière règle importante : on ne laisse jamais un enfant sans surveillance.

Alors les mamounettes, qui a testé ? Qui approuve ?

 

Respecter son enfant #CNV

Respecter son enfant #CNV

Respecter son enfant #CNV

Respecter son enfant #CNV

 

Assalamu alaykum / Bonjour,

 

Je voulais aujourd’hui, vous faire découvrir la CNV

.

J’ai suivi une formation à la communication nonviolente (CNV) de Faber et Mazlish et j’en ai personnellement tiré beaucoup de bénéfice avec mes enfants et ma famille alhamduliLLAH.

Je tenais donc à vous faire partager ce qui est, pour moi, le point essentiel de la CNV : l’accueil des sentiments de l’autre, et en l’occurrence de l’enfant.

 

Concrètement, de quoi s’agit-il ? Je vais vous donner un exemple :

L’enfant : “Je veux enlever ma veste”

La mère ” Non, il fait froid”

L’enfant : “Mais moi j’ai chaud, je n’ai pas froid”

La mère “Si ! Tu as froid, il fait froid, si tu enlèves ta veste tu vas tomber malade !”

Ou encore :

La mère “Regarde ton petit frère comme il est beau !”

L’enfant “Je ne l’aime pas ce bébé”

La mère “Mais si tu l’aimes ! C’est ton frère !”

.

Et oui, on l’a toutes fait ! Mais c’est ça l’éducation me direz-vous…
En êtes-vous sûres ?

.

Maintenant, imaginez -vous avec votre copine, en train de boire le thé confortablement installé sur son sedari…

Vous :”Je vais enlever ma veste, j’ai chaud”

La copine : “Non tu n’as pas chaud, il fait froid ! “

Vous : “Ah si ! Moi j’ai chaud !”

La copine : “Non ukhty, tu as froid ! Si tu enlèves ta veste tu vas tomber malade !”

Imaginons que vous lui obéissiez, et que la conversation continue…

La copine : “Tu connais foulana oum foulane (votre pire ennemie) ? Qu’est ce qu’elle est gentille ! Et belle ! Allahumma barik !”

Vous : “Je ne l’aime pas”

La copine : “Arrête ukhty, mais si, tu l’aimes, c’est obligé : c’est ta soeur fi-LLAH !”

.

A la suite de cet échange, serez-vous bien disposée et de bonne humeur, avenante et agréable avec votre interlocutrice ? Certaines répondront avec vigueur, d’autres se tairont et seront blessées au plus profond d’elles, chacune réagira selon son caractère et son éducation, mais toutes seront perturbées par cette conversation.

C’est ce que nous faisons subir au quotidien à nos enfants : nous nions leurs sentiments et sensations, sous prétexte que nous sommes adultes et que nous “savons” mieux. Cela a pour conséquence de mettre en colère nos amanas, ou de les attrister.

.

Alors, Adèle Faber et Elaine Mazlish nous propose quelques habiletés pour accueillir les sentiments de nos enfants en les respectant.

Je vais vous les résumer ici :

– Ecouter en silence et avec attention

Accueillir les sentiments avec un seul mot “oh je vois”

– Nommer le sentiment “ça à l’air très énervant”

– Utiliser l’imaginaire “j’aimerais claquer des doigts pour que ça fasse remonter la température, pour que tu puisses te mettre en tee-shirt !.”

– Accueillir les sentiments (TOUS les sentiments) mais limiter certaines actions “je vois que tu es fâché contre ton frère mais tu ne peux pas lui taper dessus, dis lui avec des mots”.

 

Ceci est en conformité avec l’attitude qu’adoptait Notre Prophète, alayhi salat wa salam, avec les enfants : il les respectaient et les considéraient comme des personnes à part entière, il s’adressait à eux et ne les négligeait pas.

.

Pour preuve, je vous donne ce hadith :

Anas radiallahou ‘anhou rapporte :
” J’avais un petit-frère ayant comme qouniya Abu Oumayr. 
Il possédait un petit oiseau avec lequel il jouait. 
Puis cet oiseau mourut, lorsque le messager d’Allah se présenta chez nous et qu’il constata la tristesse de l’enfant.
Il demanda qu’a t’il ? 
on lui a dit il est triste car son oiseau est mort. 
Le messager lui a donc dit : ” O Abou Oumayr qu’a fait ton oiseau? “. 
[Authentifié par Cheikh Al Abani Sunane Abu Dawud N° 4969]
(copié de http://www.3ilmchar3i.net)
 .
Subhana-LLAH, on voit ici à quel point le Prophète, alayhi salat wa salam, a pris en considération la tristesse du petit garçon et ne l’a pas minimisé comme nous serions tentées de le faire de nos jours.
“Il est mort ton oiseau ! C’est pas grave, ne pleure pas… Allez, je vais t’en acheter un autre.”
.
 .
Vraiement, la CNV est, pour moi, une méthode très intéressante et efficace, respectueuse de l’autre, dont je ne vous ai donné ici, qu’un bref aperçu, mais qui mérite qu’on s’y arrête.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

.

Masser son bébé

Assalamu alaykum / Bonjour,

J’ai récemment suivi une session de formation au massage pour bébé. Je tenais depuis à vous faire partager ce que j’ai découvert. Allons y…

Pourquoi masser son bébé ?

Quand l’enfant naît, il faut apprendre à se connaître, apprendre au tout-petit à avoir confiance en ses parents mais également apprendre à écouter les signes qu’il nous envoie. Le massage va mettre en place une relation harmonieuse entre la maman (ou le papa d’ailleurs) et son bébé.

De plus, le massage va permettre de soulager les petits maux du nourrisson : coliques, maux de dents,.. Il va également favoriser le sommeil (si si c’est testé et approuvé by Oum Ummaty Shop).

Enfin, il faut souligner que le massage est un mode de communication unique et privilégié avec mini loulou, qui aidera à l’attachement, premier lien fondamental du développement.

Comment masser ?

Concrètement, j’ai suivi la formation de l’AIMB qui se base sur les travaux de Vilama Mc Clure. La chose essentielle qu’elle prône est la suivante : demander au bébé sa permission en le regardant dans les yeux,en lui montrant nos mains et en lui disant tout simplement “Loulou, tu permets que je te masse ?”

Même si cela vous semble étrange au premier abord, sachez que , très vite, votre tout-petit va comprendre et vous répondra à sa façon. Certains gigotent dans tous les sens car ils ne veulent pas être massé, d’autres vont au contraire s’immobiliser en attendant avec impatience ce moment,… Autant de réactions, autant d’enfants.

Je ne vais pas rentrer dans les détails des gestes précis car ce serait bien trop long.Vous pouvez cependant vous rapprocher du site de l’AIMB ou emprunter dans une bibliothèque le livre Le massage des bébés de Vilama Mc Clure.

Testez et dîtes nous ce que vous en pensez…

Confections OumK : materner sans se dévoiler

Assalamu alaykum / Bonjour,

Nous plongeons à nouveau dans le monde magnifique du maternage en partant à la rencontre de “Confections OumK”.

Qu’est-ce que Confections OumK … ?

 

Confections OumK est une marque de prêt à porter destinée aux mamans musulmanes maternantes qui souhaitent materner autant chez elles qu’à l’extérieur.

 

Elle leur apporte plusieurs solutions :

 

Allaiter tout en préservant leur pudeur que ce soit à la maison, lors de réunion de famille, et surtout, à l’extérieur avec une ouverture réglable sur la plupart des modèles (sur tous les modèles de tenue de sortie) un large rabat en forme de triangle qui permet de cacher le haut du corps de l’enfant ainsi que de préserver la awra de la maman ;

 

Porter leur enfant en porte bébé ou en écharpe que ce soit sur le ventre ou dans le dos

 

Mais curieuse que je suis, je voulais savoir qui est confections OumK, qui se cache derrière cette belle entreprise ? Pas vous, chères lectrices ?

Confections OumK voit le jour courant 2012. La conceptrice est alors en fin de grossesse et, étant une femme assez active, elle avait le besoin de transporter et nourrir son enfant à venir le plus pratiquement possible.

Après plusieurs recherches infructueuses d’une solution compatible avec son idée du maternage et sa tenue, lui est venue l’idée de la confectionner elle-même.

Quelques dessins et travaux de couture plus tard était né le premier modèle, assez hésitant et très amateur, mais surtout très pratique et mastour, qui combla ses attentes alhamduliLLAH.

Fin 2012, après son expérience concluante, elle décide de faire profiter de ses modèles aux autres sœurs dans la même attente qu’elle.

L’aventure se poursuivra jusqu’à mi 2014, où, pour des raisons personnelles elle a dû réduire son activité jusqu’à début 2015.

 

Si on a choisi de vous parler aujourd’hui de Confections Oum K c’est parce qu’en plus d’être un super idée, en début d’année civile, un nouveau départ a été pris avec un angle très professionnel Allahumma barik :

 

• La création d’un site web ConfectionsOumK.com,

• Beaucoup d’heures de travail,

• La formation d’une « équipe de choc »,

• La souscription au pôle « créatrice » d’Akhawate business

 

Afin de mettre toutes les chances de son côté pour réussir cet ambitieux projet in shâ a LLAH.

 

Des plans d’expansion sont en cours ; Le but étant à terme de créer une collection complète dédiée exclusivement à la maman musulmane maternante inshâ a LLAH.

 

Nous chez Ummaty Shop, on attend que ça !!! Et je pense qu’on est pas les seuls…Laissons la sœur Oum K nous présenter elle-même ses modèles et sa collection actuelle :

A l’heure actuelle tout est fait exclusivement à la main, ce qui nécessite un nombre considérable d’heures de travail.
 
Nos modèles :
 Une gamme de jilbeb 1 pièce et cape avec 3 tailles et 3 options (ouverture frontale avec un cache et/ou ouverture dorsale) spécial pour le portage et l’allaitement;
 2 modèles d’abaya d’allaitement (manches courtes et longue)
Si vous souhaitez contacter Confections Oum K c’est ici :

 

Et vous, les mamounettes (ou futures mamounettes), avez-vous déjà refait votre “garde-jilbab” en vue de materner à l’aise ?

Une pro des couches lavables

Assalamu alaykum / Bonjour,


Aujourd’hui, Ummaty Shop a tenté une plongée dans l’univers des couches lavables : Juste pour vous voici l’interview de Chaima Oum Anas, une spécialiste du sujet.

Assalamu alayki ukhty, peux-tu te présenter et présenter ton entreprise ?

3aleyki salam warahmatoullahy wa barakaatuh ma soeur,  Alors je suis une simple maman qui en découvrant les désastres sur les fesses de mon fils causés par les couches jetables a décidé de passer aux lavables.  J’ai donc acheér mes premières couches lavables aux 3 mois de mon fils .


Je suis devenue une militante contre les couches jetables, j’en parlais partout autour de moi et ça intéressait les sœurs, qui pour beaucoup d’ entre elles, ont pris la décision de passer au “lavables”.  En parallèle  je découvris les différents types de couches, avec les inconvénients et avantages qui en découlent  et j’ai décidé de me mettre à la confection de couches lavables. Éternelle insatisfaite des modèles que je voyais sur le marché, j’ai donc décidé d’inventer mon propre modèle (avec l’aide et le soutien de mon mari je dois l’avouer qui poussait les exigences pour avoir un produit le mieux possible).


Et c’est de là qu’est née ma micro entreprise qui j’espère se développera de plus en plus ….



Si je t’interviewe aujourd’hui, c’est parce que, comme de nombreuses mamans, je m’interroge sur les couches lavables. Peux-tu m’en dire plus (avantages, inconvénients, usage,…) ?


Alors oui bien sûr , je vais juste tâcher  de résumer tout en étant plus ou moins complète.


Les premières couches lavables que j’ai acheté pour mon fils étaient ce que l’on appelle des couches classiques, une couche en éponge avec une culotte de protection et un insert (partie absorbante) qui se clips dedans.  je n’avais pas de fuites donc ça c’est vraiment le point positif  des classique…. MAIS…. Elle sont grosses, sèche très lentement, les selles accrochent beaucoup au tissu  de la couche donc pas simple au nettoyage, les tâche ne partent pas aux lavage, et un gros inconvénient : pas d’effet au sec pour bébé.  Donc mon bébé à la peau sensible avait les fesses irritées. J’ai découvert les voiles “effet au sec” mais ça bouge dans la couche et au final je le retrouvais tout plié…

 

J’ai donc découvert les te1 et te2 (mon fils n’a tester que des te1 mais j’ai lu énormément d avis sur internet que ce soit sur les te1 ou te2).

 

Les te1 ce sont des couches qui ne nécessitent pas de culotte de protection car elle sont directement imperméables,  et les te2 c’est une culotte de protection avec un insert à l’intérieur.

 

Les te1 m ont beaucoup séduit  car la plupart ont l’intérieur en polaire ou micropolaire ce qui permet l’effet “bébé au sec”, elle sèchent très vite, sont plus fines, pratiques car les selles n accrochent pas (lorsque c est de la micro polaire); elles sont jolies, etc… MAIS elles fuient !  En regardant sur internet et en testant je me suis rendu compte que les te1 et te2 était des couches de journée et qu’elles ne se portaient pas la nuit. Même en journée on va dire qu’envrion 80 % des parents se plaignent de fuites au bout de 30mn, 1 h ou 2 h en fonction des bébés.En plus de cela, ils sont obligés de mettre beaucoup d’inserts donc au final la couche n’est pas si fine ….

 

Maintenant, comment marche les couches modernes et quels sont les avantages et inconvénients ?

 

Les couches moderne sont des couches en micropolaire à poches. On insert dans la poche un insert absorbant. Le tissu absorbant est un tissu qui absorbe 2 à 3 fois plus qu’un tissu absorbant habituel ce qui permet de diminuer considérablement l’épaisseur d’insert et donc l’épaisseur de  la  couche. Par dessus la couche se met une culotte de protection très fine c’est la partie imperméable donc elle est pas facultative

 

Les avantages : pas de fuite, effet au sec, sèche extrêmement vite (même les insert ! ce n’est pas le cas des te1), très douce, les selles n’accrochent pas, les tâches partent au lavage, taille unique (ajustable grâce à des pressions)…

 

Les inconvénients : les pressions sont un peu dures au début , et comme tout changement  il faut être accompagné  lors des premières utilisations pour bien tout faire comme il faut et après, comme la dit récemment une de mes clientes, ça devient un jeu d enfant!


Il parait (dixit les médias) que le maternage, le bio,… sont à la mode. De ton point de vue de professionnelle, notes-tu un engouement plus important en ce moment pour les couches lavables que précédemment ?


Je pense qu’effectivement avec en premier l’intérêt que porte la société au bio.., ils sont petit à petit allés au delà , mais je pense que malheureusement les notions de maternage, de parentalité  positive etc… ne sont pas encore assez répandues. Après, les couches lavables ne sont pas indispensable au maternage mais elles y contribuent car c’est dans le but de préserver nos bébés, leur santé, quitte à prendre un peu plus de temps pour eux. Bien qu’une étude ait démontré que les couches lavable, en comptant l’entretien, la mise en place, etc, ne prenaient que 10mn de plus par jour.  Mais, mine de rien, je trouve que c’est une preuve d’intérêt envers son enfant.


Mais oui, c’est sûr que je pense que c’est plus à la mode qu avant. C’est aussi que ça ne fait pas si longtemps que les jetables existent : il me semble qu’il y a 50 ans les couche étaient en caoutchouc avec une partie jetable qui se mettait à l’intérieur. Comme tout nouveau produit, ce n’est qu’après quelques années  que l’on découvre les effets néfastes de ce qui était une révolution à l époque.  Aujourd’hui, on s’aperçoit que les couches jetables étaient peut-être à l origine de stérilité  chez les petits garçons. Il faut y penser: les couches lavables ce n’est pas que des économies….


As-tu un dernier petit mot à glisser à nos lectrices?


Prenez du temps pour vos bébés.


Je ne parle pas que des couches lavables  mais de manière générale, n’écoutez pas ceux qui vous diront “tu portes trop ton bébé”, ” il va s’habituer à tes bras”, “laisse le pleurer sinon il sera capricieux” …. Renseignez vous sur le maternage  et la parentalité positive  si vous ne connaissez pas. Honnêtement je trouve que ces notions se rapprochent énormément du comportement que nous devons avoir avec nos enfant dans l’islam à quelques exceptions près bien sûr. Allah a mit en nous un instinct maternel qui nous donne envie de courir afin de répondre aux pleurs de nos bébés, alors courons… Pourquoi une mère se sent mal lorsqu’elle laisse son bébé pleurer ? Parce qu’elle n’a pas à le faire. Pourquoi essayer de supporter en se mettant dans la tête que c’est normal “faut bien qu’il s’habitue”. Un enfant qui pleure a ses raison de pleurer : si on ne répond pas à ses besoins, soit il pleurera plus fort, soit il arrêtera de réclamer quoi que ce soit et Bonjour la communication.


Les couches lavables, ce n’est qu’une conséquence de cette pensée. 


Je pourrais vous parler calcul en vous disant qu’en mettant des couches lavables vous faites d’énormes économies car c’est vrai, il faut l’avouer ; Mais je préfère cibler mon message sur l’amour envers nos enfants, et en parallèle sur le fait que les couches jetables sont très mauvaises pour ces bébé qu’on aime tant…. L’association des deux est vite fait !


Et puis bah un peu de pub quand même : n’attendez pas, passez aux lavables, passez au couches modernes, vous ne serez pas déçues. Je mets tout en oeuvre pour accompagner mes clientes du mieux que je peux. Si une cliente a des soucis, je fais tout ce que je peux pour l’aider dans ses premiers pas avec les couches : je ne veux pas qu’ elle investisse pour au final abandonner, et je ne travaille pas non plus des heures pour qu’elles décorent vos armoires !

Qu’Allah vous préserve  mes sœurs, je vous aime en Allah.


Barakallahu fyki ma soeur d’avoir accepté de répondre à cette interview, ce fut très enrichissant pour moi, et j’ai appris plein de choses. Qu’Allah Ar-Razzaq mette la baraka dans ta tijara et qu’Il ta3la préserve ta famille.


Vous pouvez contacter Chaima Oum Anas et lui commander de supers couches faites avec amour en cliquant  ICI

coucheslavables2

Qu'est ce que la DME ?

Assalamu alaykum / Bonjour,

Aujourd’hui, nous allons parler de la DME (ou diversification menée par l’enfant). Vous en avez peut-être entendu parlé sous l’appellation “diversification consciente” ou “autonome”.

Concrètement, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de respecter l’autonomie de l’enfant dans la diversification alimentaire (passage de l’allaitement maternel ou artificiel à l’alimentation solide). Pour cela, 3 principes sont à retenir :

– on proposera des aliments solides et non des soupes et purées

– on laisse l’enfant manger en autonomie

– c’est lui qui choisit dans son assiette ce qu’il mange.

Cependant, faîtes attention : On ne laisse pas un bébé manger sans surveillance !

De plus, pensez bien que l’enfant mangera ce qu’il choisit parmi ce que VOUS lui mettez dans son assiette. Donc prenez garde à lui proposez des aliments variés, équilibrés, pas trop salés,… Bref, des aliments adaptés.

Si vous respectez cela, les avantages de la DME seront très nombreux :

Découverte sensorielle (goût, vue, toucher, odorat)

– Entraînement à la motricité fine et à la coordination œil / main

Eveil social, mimétisme et imitation (manger en même temps que les adultes lors des repas familiaux)

– Développement de l’autonomie.

Mon point de vue en tant que maman ?

Je ne l’ai pas pratiqué pour loulou number 1 car j’étais super stressée et à l’époque, dans les carnets de santé, il y avait tout un tas de recommandations du style “à 6 mois vous pouvez donner le blanc de l’œuf mais le jaune seulement à 15 mois” etc… Je voulais absolument m’y tenir car j’avais peur de mal faire.

Puis pour loulou number 2 et loulou number 3, nous avons testé la DME, et nous l’avons approuvé !

Selon moi, le gros plus c’est l’autonomie que cela procure à l’enfant mais également, de mon point de vue de mère de famille, j’aime le côté convivial amené par la DME. Manger tous ensemble autour d’une table avec mini loulou qui participe comme tous les membres de la famille, c’est juste top.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

 

Ma journée en mode unschooling

Qu’est ce que l’unschooling ? Pour vous donner une petite idée, j’ai raconté une journée “unschooling” chez la famille Ummaty Shop pour le site akhawates.fr

Retrouvez l’article original ici : http://akhawates.fr/actualites/ma-journee-en-mode-unscholling/

Et voici mon texte :

L’école à la maison, l’instruction en famille, instruire mes enfants chez moi… C’est tout de suite ce que j’ai souhaité faire en devenant maman.

Du coup, bonne élève bien disciplinée, j’ai attaqué aux 2 ans tapantes de loulou number 1 dans un petit coin classe aménagé, avec son bureau, un tableau accroché au mur, des stylos, un cahier, un emploi du temps  très strict… Bref : toute la panoplie du parfait petit écolier !

 

Les mois sont passé…

Loulou number 2 est né, puis loulou number 3 (Qu’Allah me les préserve).

 

Et là, j’ai appris à lâcher.

Les loulous m’ont appris à lâcher.

 

Et nous sommes maintenant en mode unschooling assez souvent.

 

Mes enfants ne sont plus à un bureau en attendant que le savoir viennent à eux, c’est eux qui cherche le savoir dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin.

L’appartement est adapté de façon à leur laisser le maximum d’espace et d’autonomie et moi, j’essaye de ne plus me stresser.

Je les laisse faire, découvrir, apprendre à leurs rythmes.

 

Je sais que cela peut sembler très abstrait alors j’ai décidé de vous décrire une journée en mode unschooling dans notre petite bulle.

 

Pour vous permettre de vous situer un peu mieux : loulou number 1 a 4 ans et demi, loulou number 2 a 3 ans et loulou number 3 est un bébé loulou de 5 mois.

 

– 7h : Lever des loulous et de oum loulou (moi ^^)

 

– 7h10 : Loulou number 1 en mode puzzle des chiffres qui récite “wahid, ithnaÏne,…” assis par terre sur le tapis pendant que loulou number 2 déjeune.

 

– 8h : Loulou number 1 déjeune pendant loulou number 2 construit une kaaba avec ses legos. C’est l’occasion de discuter avec lui du cube (la figure géométrique)

 

– 9h – 11h : Bébé loulou allongé sur le tapis gazouille… Aujourd’hui nous avons décidé de faire une carte de bon rétablissement pour une personne de la famille. Donc on y va : on colle les gommettes, on peint, on découpe, on colle, on recopie le prénom de la personne plusieurs fois sur un brouillon avant de l’écrire sur la carte. Wahou ! Loulou number 1 et loulou number 2 peuvent être fiers de leur travail. Demain, nous irons à la boite aux lettre poster cette carte. Ce sera l’occasion d’une balade in shâ a LLAH.

 

– 11h : Préparation du repas “oh regarde elle est orange cette carotte, orange c’est bourtouQaly”

 

– 12h-13h30 : Repas puis petit moment de calme. Bébé loulou ronfle pendant que je lis une histoire à Loulou number 1 et que Loulou number 2 recommence à faire une kaaba… avec des cubes en bois cette fois. Loulou number 1 se rend compte qu’on a une glotte au fond de la gorge. Mais au fait, qu’est ce qu’un glotte ? Et bien, nous allons chercher ensemble à quoi elle sert. Saviez- vous que la glotte est une sorte de feu rouge qui fait le tri entre les aliments qu’elle envoie dans l’estomac et l’air qu’elle envoie dans les poumons ? Ajib ! SubhanaLLAH. Loulou number 2 conclura ainsi : “C’est Allah qui nous a fait comme ça !”

 

– 14h : Direction la ludothèque… Alors là ! Autant vous dire que chez nous la ludothèque, c’est THE sortie. Jeux de  société, jeux d’imitations (petite cuisine, mallette de docteur,…) : c’est le bonheur des loulous. Nous y restons jusqu’à 17h presque !

 

17h : Retour de la ludothèque et pliage du linge. Loulou number 1 veut essayer de plier un sarouel. Je lui montre. Loulou number 2 préfère rouler les torchons au lieu de les plier… “Mais non regarde mon cœur, on va faire un joli carré” “Non ! Je veux les rouler” Ok. Chacun son style !

 

– 18h : fin de notre belle journée.

 

Avant le repas et la douche, nous récapitulons toutes les belles choses que nous avons vues ensemble : les chiffres, le cube, le carré, découper, coller, écrire, marcher sans courir sur la route pour aller à la ludothèque, les copains de la ludothèque qui sont gentils, ceux qui ne le sont pas, les histoires qu’on veut lire ce soir, la glotte, et… ce qu’on aimerait faire demain in shâ a LLAH.

 

Nous avons pleins d’idées, envie d’apprendre encore pleins de choses ! C’est vrai ça : est-ce que la glotte grandit quand on grandit ?

 

Bonne question !

On verra ça demain in shâ a LLAH…

 

ummaty_shop
error: Contenu protègé